dimanche 26 mars 2017

partie 1-3: le libre-arbitre, le but de la vie, la mort

Les 33 versets de cette partie traitent du libre-arbitre, du but de la vie et de la mort autant de sujets fondamentaux. 





1-3-1

Il fut un temps, qu'aucune pendule, aucun calendrier n'a compté
Un temps où l'âme était en L'Un sans conscience

Ce temps est celui d'avant la toute première incarnation de l'âme. Avant l'âme n'existait pas, pas plus qu'existe une goutte d'eau quand elle est fondue dans l'océan. Pour que l'âme existe il lui faut être “mariée” à l'ego. Comme le lichen est composé de deux êtres, algue et champignon, vivant en symbiose, l'âme-incarnée est faite pour partie de l’étincelle divine, partie faite du Saint-Nom et de l'ego. C'est l'ego qui donne la conscience d'elle-même à l'âme. Il est une Grâce de L'Un.


1-3-2

Une goutte de l'océan n'est pas l'océan


1-3-3

Une vie sans conscience est un jour sans lumière


1-3-4

Un Roi sans sujet n'est rien, sur son trône solitaire

L'Un sans âmes réalisées serait comme un roi sans sujet et un Royaume sans sujet ne serait qu'un désert. Les âmes qui ont appris la pleine conscience, quand elles arrivent au bout de leurs parcours, qu'elles atteignent la Libération, reviennent, en toute conscience, à l'endroit de leur origine et elles gardent leur conscience c'est revenir en toute conscience à la béatitude.


1-3-5

Par Son Verbe L'Un donne vie, forme et conscience au confondu

Le Verbe, le Saint-Nom donne vie à ce qui est confondu, sans forme ni conscience, il donne l'ego et ainsi tu nais avec une âme consciente d'elle-même, disposant du libre-arbitre, d'un mental et du corps physique, avec ses sens pour appréhender le monde.


1-3-6

Conscience et libre-arbitre ne font qu'un

Sans la liberté et la possibilité de choisir il n'y a pas de conscience. Ce libre-arbitre est en même temps une bénédiction et une malédiction pour celui qui aimerait que L'Un le prenne sans s'occuper de son avis. Mais c'est impossible: on doit se donner à L'Un en toute conscience et liberté.


1-3-7

La face et son revers sont une seule monnaie


1-3-8

Le libre-arbitre permet d'aller sur un bon ou un mauvais chemin

1-3-9

La souffrance est le prix du libre-arbitre

Pouvoir choisir sa route expose à l'erreur et l'erreur à la souffrance, à la confusion. Tout a un prix, celui du libre-arbitre peut être la souffrance en fonction du choix que l'on fait.


1-3-10

L'Amour donné a plus de valeur que la soumission imposée

L'Un donne le libre-arbitre à la créature pour avoir cet amour donné et non volé.


1-3-11

La conscience mène au Royaume

Le Royaume est Satçitananda, c'est-à-dire “la pleine conscience de la béatitude”. Jésus Christ l'a dit: ''le Royaume est en vous''.


1-3-12

La conscience est la Grâce de l'incarnation
Son libre-arbitre cause erreurs et souffrances


1-3-13

Les ténèbres ne sont qu'absence de Lumière
Qu'elle vienne et elles disparaissent


1-3-14

La raison de ta vie est de revenir à L'Un
En toute conscience et liberté

Pourquoi ce but a-t-il été donné à la créature ? Pour son bien: vivre au Royaume sans en avoir conscience n'est pas vivre. Pour être heureux de vivre au Royaume, ou ailleur, il faut en avoir conscience et pour avoir une conscience l'ego est nécessaire et pour avoir un ego il faut s'incarner. A force d'incarnations multiples et de réalisation, l'ego finit par laisser sa trace dans l'âme, comme un lierre qui aurait poussé très longtemps, qui serait devenu gros comme une branche le long du tronc d'un arbre et qui, une fois coupé et jeté au feu, aurait laissé sa trace en creux dans le tronc de l'arbre.


1-3-15

La constante conscience est Perfection

La constante conscience de la béatitude ou satçitananda est la Réalisation, un but du pratiquant de La Voie.


1-3-16

L'incarnation est un départ et la mort un retour
L'incarnation est un départ pour l'âme. Elle quitte son ''océan'' originel et s'en va sur les chemins du samsâra. La mort du corps, ou désincarnation, est un retour à ce milieu d'origine. Ce retour n'est pas définitif tant que l'âme n'a pas atteint la Libération, elle se réincarne jusqu'à y parvenir.

1-3-17

Un Royaume sans sujet
Ananda sans conscience sont désert et ténèbres


1-3-18

Va au Royaume intérieur et reste dans la plus parfaite paix

Ce Royaume est celui dont le Christ parlait quand il disait qu'il était à l'intérieur de nous. Ce Royaume est un état de conscience, celui de parfaite conscience de la Béatitude ou Satçitananda. Certains disent samadhi ou nirvikâlpa-samadhi.


1-3-19

Chaque âme incarnée revient au Royaume
Le temps passé à ce retour n'importe pas


1-3-20

L'Un a créé le corps et la conscience vient par lui
C’est une Grâce, un trésor dans la boue

La boue, ici, n'a pas de caractère péjoratif, il s'agit de la terre avec laquelle L'Un modèle les corps des créatures. La conscience éthérée est comme un diamant qui brille dans la glaise, la matérialité.


1-3-21

Le temps n'existe pas, seul compte l'instant
L'éternité est un instant sans fin


1-3-22

Quand un chercheur trouve il est bouleversé par la Grâce

Pour qu'un chercheur trouve il lui faut accepter d'avoir trouvé, se détacher de sa recherche. Certains chercheurs sont des chercheurs professionnels, ils ne veulent pas trouver, au fond: ce qui les intéresse c'est de chercher, de collectionner les expériences, les concepts spirituels. Quand ils ne trouvent pas ils se fabriquent une mystique sur mesure, faite de morceaux venus d'ici et d'ailleurs.


1-3-23

Tu changes de vaisseau, mais l'océan reste le même
Et le même vent souffle sur les voiles

A chaque incarnation la Grâce reste la même si le corp et la personnalité changent. Les voiles aussi sont les mêmes. Pour un pratiquant de La Voie, ces voiles sont les trois piliers de la pratique et hisser ces voiles c'est l'Observance.


1-3-24

L'âme revient encore et encore
Jusqu'à retourner en conscience à son point de départ


1-3-25

Ce sont les pensées, à l'instant de partir, qui font que l'on revient

Pour atteindre la Libération il faut se libérer complètement des pensées, des concepts et de l'attachement au faux-soi.


1-3-26

La conscience s'approfondit à force de revenir

Vies après vies la conscience s'approfondit, c'est le but du cycle des incarnations, raffiner l'âme. A chaque incarnation l'âme est plus raffinée.


1-3-27

Celui qui se remet en L'Un, au moment de partir
Atteint aussitôt Son Royaume

Se remettre en L'Un n'est pas s'en remettre à L'Un, le prier, c'est de pratiquer la méditation, plus particulièrement une des quatre techniques révélées sur La Voie, celle dite du Saint-Nom. C'est alors comme une porte ouverte sur le Royaume.



1-3-28




Qui se fond en L'Un arrive au Royaume et y reste toujours

Il s'agit ici de la Libération du cycle des incarnations, ce qui est le but de la vie.


1-3-29

En L'Un se fondent les âmes libérées


1-3-30

Celui qui, au moment de partir
Se souvient du Saint-Nom y reste pour toujours

Là aussi se souvenir du Saint-Nom signifie pratiquer la technique.


1-3-31

Toutes les planètes de vie sont lieux de souffrance
Où se succèdent la naissance et la mort

Un verset du "chant du bienheureux" dit très exactement la même chose (7.10 et 8:16 pour la Bhagavad-Gîtâ). Je n'ai visité aucune autre planète que la Terre, autant qu'il m'en souvienne, aussi ne puis-je commenter ce verset.


1-3-32

La mort a deux chemins
L'un est lumineux l'autre plein de ténèbres
L'un est retour l'autre non-retour

Au moment de la désincarnation brillent deux lumières, une douce et rassurante, qui serait comme la lumière vue à travers la peau d'une femme enceinte et l'autre blanche, fantastique qui, si on ne la connaît pas, est susceptible d'effrayer un esprit ignorant. Cette Lumière blanche très forte est celle du Royaume. La choisir c'est atteindre la Libération.


1-3-33

Connaissant ces chemins reste ferme dans l'Observance

L'Observance est celle de la Sàdhanà, pour un initié à La Voie c'est pratiquer régulièrement le service, le satsang et la méditation selon l'enseignement du guide vivant dans le respect de l'agya.